Un simple cauchemar…

AH !

Bobom

Bobom

Bobom

Bobom

Bobom

Bobom

BoBom

BomBom

Bom Bom

Bom Bom

Hum… respire… souffle… Réveil en sursaut… Battements de coeur à 200 à l’heure… Fiou… Quel cauchemar… Ça doit être à cause de ce sénile homme en noir… La conversation qu’on a eu hier soir m’a retourné l’esprit…

Ah vous êtes là…

Non, tout va bien, une image qui m’a assailli dans mon sommeil, rien de plus…

Oh… vous la connaissez cette image, elle vous a peut-être choqués à vous aussi…

Andrei Karlov, ambassadeur russe en Turquie, assassiné froidement par un jeune turc radicalisé…

Vous n’avez pas pu rater ça… Impossible… La vidéo a tourné partout, réseaux sociaux, médias… ouais, médias… On en est plus à une connerie près…

Je pensais tout haut tout à l’heure… L’homme en noir n’est pas sénile, je sais que certains d’entre vous l’aiment bien… Mais sur le coup…

En réalité, nous avons parlé hier de ce meurtre, spectaculaire, inimaginable en temps normal… Sauf que nous ne sommes pas en temps normal…

L’homme en noir me l’a bien fait comprendre… Pour lui, cet acte nous ramène 102 ans plus tôt, du côté de Sarajevo… Le 28 juin 1914, le jeune Gavrilo Princip tue François Ferdinand, héritier du trône des Hasbourg… Petit détail de l’Histoire, qui amènera à en écrire l’une des pages les plus sanglantes.

L’homme en noir le pressent, ce qui s’est passé le 19 décembre dernier à Ankara a la capacité de couper les derniers filins d’humanité qui nous restent… Et de replonger dans les affres de la Guerre…

Je lui ai bien entendu rétorqué le contraire… Qu’il n’y avait aucun rapport entre les deux… Que ces coups de feu étaient plus un acte désespéré, inspiré par des idéologies dont nous connaissons déjà la cruauté et la brutalité, qu’une décision politique, mûrie… Même si les Syriens pris sous les bombes auraient peut-être eu l’envie de prendre la parole de cette manière…

Aucune animosité envers la Turquie n’a pour le moment était exprimée du côté de la Russie, et inversement. Et si la 1er Guerre Mondiale avait été exacerbée par un langoureux jeu d’alliance, qui voudrait réellement soutenir ou Poutine ou Erdogan ?…

Je suis sorti de ma joute verbale avec l’homme en noir vainqueur, c’est une évidence… Mais ses mots m’ont malgré tout rattrapé… Et si une 3e Guerre Mondiale n’est pas à prévoir dans l’heure, le climat actuel me scie le crâne, et m’amène à vous écrire… En pleine nuit… Ce qui est déjà extrêmement inquiétant.

Monsieur Gris


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *