L’année 2016 est belle !!! Mais si !

Année 2016… Cruelle, il est vrai… Triste à en pleurer même… Attentats, Guerre, Malheur… Voilà le discours de l’Homme en Noir.

Après tout, ce qu’il dit est vrai. On a qu’à faire ça, se lamenter jusqu’à ce qu’un océan de suie nous engloutisse et que l’espoir disparaisse à jamais…

J’ai vu les horreurs de 2016, mais j’ai aussi vu ce qu’il y avait derrière, des petits signes, qui montrent que les hommes se dressent toujours contre la tristesse et les difficultés… Et le plus beau, c’est qu’ils se dressent souvent unis.

Ne voyez vous pas, après chaque attentat, que la communauté internationale se rassemble pour soutenir le pays touché ? Que le pays touché s’unit pour soutenir les familles des victimes ? Que les familles des victimes se consolident après avoir perdu l’un des leur ?

Chaque fois, Français, Allemands, Belges, Polonais, Norvégiens… se relèvent ensemble.

N’est-ce pas beau ?

N’est-ce pas beau de voir que ceux qui suivent la destruction d’Alep, impuissants de l’autre côté de la Méditerranée, ont les larmes aux yeux… Ce n’est pas si ironique que ça…

Les États se neutralisent, se détestent mutuellement… C’est laid… Mais les citoyens, ceux qui sont témoins de la vraie vie, qu’en ont-ils à faire ? Eux, ils rient chaque jour, s’amusent, lisent, sortent… Des plaisirs simples qui, ma foi, existent encore.

Les sans-abris, tristes récifs sur la chaussée, qui ont une vie bien plus difficile que n’importe qui d’autre, sont toujours aidés, à coup de moyens forts modestes, certes, mais ceux qui veulent leur bien, qui veulent les sortir de là, existent encore, même en 2016 : année de merde.

Car oui, comme chaque année, de belles actualités tombent. Un propriétaire d’immeuble loue des appartements à des sans-abris pour une somme misérable. Ce n’est pas du business… Les gestes de cette trempe aussi existent encore !

Tout autre chose, ne l’avez vous pas vu, cet été ? Les Jeux Paralympiques n’ont jamais eu autant de résonance dans le monde entier, le sport adapté, en plus de ne plus choquer, passionne, et c’est le handicap qui, au final, se retrouve plus accepté, plus compris.

De nouvelles idées énergétiques, tournées vers l’environnement et le développement durable germent chaque jour dans la tête de citoyens indépendants. On tente de lancer la reforestation des zones les plus touchées par le défrichage compulsif.

Le futur de la planète a été compris par le plus grand nombre…

Ces réalités cachent sans doute extrêmement mal la marche actuelle du monde… Mais ce sont de petits pas vers l’optimisme et l’espoir… Ou qui permettent de s’éloigner du fatalisme, du désespoir… non ?

Le blanc rêveur

C’était son dernier Noël

Dimanche, ce fut bien le « Last Christmas » (dernier Noël) de George Michael, comme il l’avait chanté en 1984. Prémonitoire ou non, l’icône de la pop est décédée le 25 décembre. Auteur-compositeur-interprète, l’idole des ados des années 80 s’est éteinte à l’âge de 53 ans. Né le 25 juin 1963, à Londres, d’un père restaurateur d’origine chypriote et d’une mère danseuse anglaise, Georgios Kyriacos Panyiotou, de son vrai nom, a rencontré très tôt le succès.

En 1981 alors qu’il n’a que 18 ans, il crée le duo Wham !, avec son camarade de lycée Andrew Ridgeley. Un an plus tard, le groupe entre dans les « charts » internationaux, avec Young Guns. L’effervescence arrive en 1984, avec les 2 tubes planétaires : « Wake me Up Before You Go Go » puis « Last Christmas ».

En 1985 alors que Wham ! est à son apogée, ils marquent l’histoire. Ils deviennent le premier groupe à se produire en Chine communiste. Le concert est un franc succès. Ce concert va révolutionner la culture musicale chinoise qui ne connaissait pas encore la pop occidentale. Pas de temps à perdre.

Alors que George Michael surf sur le succès de son groupe, il décide dès 1984 de se lancer dans une carrière solo. Le groupe n’est pas séparé, mais le séducteur sort une ballade au ton sensuelle : Careless Whisper. Un virage musical commence à s’opérer chez le chanteur. Marqué par l’influence de la pop star Prince, George Michael, se sent désormais plus attiré par les sonorités mélangeant soul, funk et r’n’b. Ce nouveau chapitre musical début avec la sortie de Faith en 1987, qui sera couronnée de succès (20 millions d’albums vendus). Des Top et des Flop.

Tous ses albums ne seront pas accueillis par le public de la même manière. Alternant succès et fiasco, sa popularité est au plus bas dans les années 90.

Il revient dans le cœur des fans en 2004 avec son album « Patience ». Cet album pop signe son retour. L’icône pop ne sortira alors plus aucun album studio. S’en suivent 3 disques « live » dont « Symphoniqua » en 2014, avec lequel il obtient un disque d’or au Royaume-Uni.

En 2017, le chanteur devait sortir un documentaire autobiographique : « Freedom ».

Une vie tumultueuse

Artiste tourmenté par la drogue, George Michael, a aussi connu la prison et la dépression. Fervent défenseur de la cause gay, ce chanteur attaché à sa famille, attendra le décès de sa mère en 1997 pour annoncer publiquement son homosexualité et sa séropositivité. Dévasté par une lourde dépression pendant plusieurs années, la pop star trouve un soutien sans faille auprès de son compagnon Kenny Goss, qui fut à ses côtés de 1996 à 2011.

N’évitant pourtant pas de nombreux déboires dus à l’alcool et la drogue., il ira jusqu’à écoper de 100 heures de travail d’intérêt général en 2007, ainsi que d’une interdiction de conduire pendant 2 ans, après avoir été retrouvé évanoui dans sa voiture suite à la consommation d’alcool.

3 ans plus tard, il fera un séjour de 4 semaines en prison, pour avoir eu un accident sous influence de cannabis et de médicaments.

Moins présent depuis, sur la scène médiatique, George Michael avait déjà frôlé la mort en 2011 à cause d’une pneumonie. Cette fois, il n’y a pas échappé. Il nous a quittés à Noël, son dernier Noël, comme il l’avait chanté.

george-michael
George Michael nous a quitté à l’âge de 53 ans

 

Le Distrait

Pas belle, l’année 2016…

Bonjour tout le monde ! Désolé de vous déranger pendant votre digestion de tous les gros repas que vous avez fait ces derniers jours, mais c’est la fin de l’année et je me suis dit que c’était le moment de se faire une petite rétrospective de 2016 !

Alors soyons honnête, même si on n’est pas au niveau de 2015, 2016 aura été une riche année de merde !

Et ça, on l’avait vite senti venir vu que dès le 6 janvier, c’est ce cher Kim Jong-Un qui lance le bal en faisant flipper tout le monde avec les premiers essais nucléaires de sa grande démocratie qu’est Corée du Nord.

05172923125193
L’ami King Jong Un… Si si c’est un méchant…

Pourtant, ses menaces sont très vite occultées par la réalité la semaine suivante.

À peine remis des attentats du 13 novembre à Paris, le monde va de nouveau faire face à l’horreur du terrorisme. En l’espace de quatre jours, l’État Islamique commet trois attentats à Istanbul, Jakarta puis Ouagadougou pour un bilan total de 51 morts et des centaines de blessés. En mars, c’est la Belgique qui est à son tour attaquée avec un triple attentat suicide à Bruxelles. Bilan 32 morts, 340 blessés et une Europe qui plus que jamais sent bien que la menace terroriste est omniprésente et commence à désespérer. Surtout que le même mois, Istanbul encore, le Pakistan et la Côté d’Ivoire ont été victimes d’attaques terroristes pour plus d’une centaine de morts. Des attaques terroristes, on peut encore en citer plein malheureusement, avec notamment en juin une fusillade dans une boite de nuit LGBT à Orlando qui fait 49 morts, de nouveaux attentats suicides à Istanbul avec 45 morts et près de 300 blessés. Et malheureusement, croyez-moi, je suis bien désolé de vous plomber le moral comme ça avec ce décompte des attentats qui ont marqué notre planète, mais c’est important de s’en rappeler. Surtout que je n’ai pas encore parlé de la France.

Souvenez-vous, le 14 juillet, c’était la fête nationale, tout le monde voulait profiter pour faire un peu la fête dans un climat pourtant anxiogène. À Nice ce jour-là, un djihadiste de Daesh commet l’une des pires atrocités qu’ait connu notre pays. À bord d’un poids lourd il va remonter la Promenade des Anglais qui est alors noire de monde et roule sur le trottoir sur plusieurs centaines de mètres avant de finir par être abattu par les hommes de la BRI. En tout 89 personnes perdent la vie et 434 sont blessées plus ou moins gravement. Cet attentat intervient à peine 8 mois après celui de Paris et seulement 10 jours après un autre attentat suicide à Bagdad qui a fait 341 morts et plusieurs centaines de blessés.

2048x1536-fit_policiers-lieux-attentat-nice-nuit-14-15-juillet-2016
La Promenade des Anglais, à Nice, la nuit du 14 juillet 2016.

Ces nombreuses attaques sont une réaction désespérée de l’État Islamique qui recule de plus en plus et perd peu à peu son territoire en Syrie devant les forces rebelles et la coalition internationale.

En octobre, le 17 pour être exact, débute la bataille de Mossoul. Durant des semaines, les combats vont faire rage et des centaines de personnes vont mourir. En Syrie, la situation ne s’améliore pas tout au long de l’année. Pire, elle devient de plus en plus désespérée, notamment à Alep-Est. Bombardée par l’armée de Bashar El-Assad ainsi que par la Russie, les rebelles qui se battent contre le dictateur en place vont mourir par millier tout comme les civils qui sont pris au piège entre les bombes et les tirs de snipers. Ce que l’on retiendra surtout et plus encore que l’horreur, c’est l’inaction de la communauté internationale. Il y a quelques jours, des employés de l’ONU ont fait un mannequin challenge pour s’amuser. Et il a été excellemment réussi. En même temps, à l’ONU, l’inaction, ils connaissent bien. En raison notamment des veto constant de la Russie et de la Chine, aucune intervention n’est programmée pour stopper les massacres et la population mondiale reste incrédule. Derrière nos télévisions et nos ordinateurs, on reste impuissant et complètement désemparé par cette situation qui n’est pas prête de s’améliorer.

Alep bombardée
Alep brûle

D’autant plus que la semaine dernière encore, l’horreur a frappé avec un nouvel attentat au camion bélier, ce coup-ci sur un marché de Noël à Berlin, faisant 12 morts… Abattu à Milan, l’auteur de ce massacre avait fait allégeance à Daesh, comme pour une nouvelle piqure de rappel…

les-enqueteurs-disposent-de-plus-de-500-indices-pour-remonter-la-piste-de-l-auteur-de-l-attaque
Le camion qui a foncé il y a quelques jours dans la foule, du côté du marché de Noël de Berlin.

Mais rassurez-vous, les Américains ont trouvé LA solution ! Et oui, peuple brillant s’il en est, celui des Etats-Unis a cette incroyable capacité à ne pas utiliser son cerveau et l’a une fois de plus prouvé. Après des mois et des mois d’une bataille acharnée qui aura tenu en haleine le monde entier, la course à la présidentielle américaine s’est finie sur la victoire de Donald Trump.

Et oui, la voilà la solution, mettre à la tête du pays le plus puissant du monde un milliardaire égocentrique qui part du principe que les USA doivent se retirer de toutes les affaires du monde. Comme je pense que ce n’est pas la peine de développer sur le dégoût que m’apporte ce gentil petit bonhomme trop mignon, on va rester sur la Syrie.

En gros, à partir du 20 janvier, la Russie aura la voie libre pour faire ce qu’elle veut là-bas, que ce soit aider le pouvoir ou larguer des bombes. Les Américains qui n’agissaient déjà pas beaucoup sur cette question vont carrément tout laisser en plan ! Quand je vous dis que 2017 va être rock’n’roll. Bon et sinon, qu’est-ce qu’il s’est passé en France à part du terrorisme saupoudré d’État d’Urgence ?

Plein de choses.

À commencer par six mois fous. Six mois, c’est le temps qu’aura duré la contestation contre la Loi Travail. Six mois de grèves, de manifestations et d’engueulades incroyables sur fond de tension voire de fracture sociale. En proposant une loi ayant pour but de faciliter les licenciements, revoir le Code du Travail et favoriser la libéralisation de notre économie, la Ministre du travail, Myriam El Khomeri met le feu aux poudres. Dès le 9 mars, des manifestations monstres ont lieu dans toute la France et vont se poursuivre durant plusieurs mois. Le 31 mars, le mouvement social Nuit Debout fait son apparition. Tous les jours aux alentours de 18h, les opposants se réunissent par centaines voire par milliers dans tout le pays afin de créer le dialogue, proposer des solutions et réfléchir aux futures actions.

Mais tout cela sera annihilé par Manuel Valls qui en utilisant le 49.3 va faire passer cette loi en force. Les Manifestations contre la Loi Travail occasionneront de véritables scènes de guérilla et de violence contre les institutions et les forces de l’ordre, accusées de vouloir réprimer le mouvement par la violence. Et en effet, rarement la France n’aura vu autant de bavure policière, certaines mêmes seront filmées et choqueront les Français.

Quelque temps après, ce sont les policiers qui vont commencer à manifester afin de demander au peuple d’aimer la police et de la soutenir. Une vaste blague, surtout quand ils s’étonneront que les gens leur reprochent les violences, targuant qu’ils sont là pour notre sécurité…

10953987
Les 7 candidats de la Primaire de Droite… En gros, ce qu’il faut savoir, c’est que le plus à droite a surpris son monde, que le petit du milieu est parti avec la chasse d’eau et que le vieux, à côté de la dame en rouge, s’est fait laminer sur le terrain du physique.

Enfin bref, arrive au côté « sympatoche » avec la tant attendue primaire de la droite et du centre. Au programme, sept candidats allant d’une droite centriste avec NKM ou Alain Juppé à une droite flirtant avec le fascisme ou le catholicisme intégriste à l’image de ces chers Nicolas Sarkozy, Jean-Frédéric Poisson ou encore Jean-François Copé.

Ce dernier nous a tout de même offert l’un des plus gros éclats de rire de l’année avec l’affirmation à la radio que selon lui les chocolatines ne coûtent que 15 centimes d’Euros. Une telle blague, que même Juppé avec son surnom ridicule de Péju ou lorsqu’il annonce faire ses courses dans un supermarché n’existant plus depuis 15 ans n’aura pas fait mieux. Pas grave, Copé n’obtiendra que 0,3 % des votes, comme quoi, il n’a pas dû faire assez le chien battu à la télé ! Mais ce que l’on retiendra le plus c’est la cuisante défaite de Nicolas Sarkozy dès le premier tour alors qu’il se voyait déjà de nouveau élu Président. Une fessée magique qui nous aura fait rire comme rarement et qui pour la seconde fois aura gratifié nos oreilles de l’annonce d’un retrait de la vie politique de l’ancien chef de l’État.

Tiens et en parlant de président de la République, François Hollande, conscient de son impopularité record et de l’échec sur de trop nombreux points, a décidé à la surprise générale de ne pas se représenter en 2017. Quand je vous dis que ce monde est fou ! La voie est depuis libre pour les socialistes et ceux qui annoncent en être avec une politique libérale.

Eh oui, depuis, tout le monde à gauche s’annonce candidat, de Manuel Valls à Vincent Peillon en passant par Arnaud Montebourg ou Benoît Hamon.

Enfin bref, ces élections vont être un joyeux bordel, surtout que depuis quelques mois, la France est confrontée à un sursaut incroyable du catholicisme intégriste qui a pour conséquence la remise en question de l’IVG, du mariage pour tous, des manuels scolaires, des pubs contre le SIDA ou encore la polémique surréaliste du burkini. En tête de ces débats, un véritable concours de rétrogrades avec François Fillon, Marine Le Pen et sa nièce Marion, Christine Boutin, Jean-Frédéric Poisson, Nicolas Dupont-Aignan et autres Robert Ménard.

Tout ce joyeux monde aura fait 2016 malheureusement à coup d’interventions dignes du Moyen-Age, de polémiques ridicules ou de déclarations sans aucune humanité notamment autour de la triste situation de la Jungle de Calais.

Parler de ces gens me mettrait en rogne alors je ne vais pas le faire, de toute façon si vous avez déjà prévu de voter pour le Front National, sachez que le peuple ne vous oubliera pas quand il sera l’heure de rendre des comptes et que de toute façon, vous faites réellement pitié à croire en les mirages que vous proposent ces populistes à la con qui vous utilisent pour vous foutre dans la merde quand ils seront au pouvoir.

Alors croyez en le Père Noël si vous voulez, mais ne nous l’imposez pas ! Ou la réplique risque d’être violente ! Voilà, c’est dit, maintenant, c’est l’heure pour moi de vous laisser et de vous souhaiter de joyeuses fêtes et une bonne année 2017 ! De toute façon, elle ne pourra pas être pire que 2016 !

 

L’homme en noir

Lettre au Père Noël

Cher Père Noël,

Cette année, j’ai été très sage. Pas comme d’autres. Y’a eu beaucoup de gens méchants qui ont fait des choses méchantes. J’ai bien travaillé malgré les prix qui augmentent de plus en plus. J’ai été le plus honnête possible contrairement à certains politiques qui ont l’air pas très sympathiques. Je pense avoir été le plus heureux du monde même si cette année d’autres n’ont pas eu cette chance. C’est pour ça que je t’écris, Père Noël.

J’aimerais que tu me fasses beaucoup de cadeaux. Cadeaux que j’aimerais bien partager avec le monde entier. J’aimerais que les gens méchants qui tuent les gens gentils deviennent des gens gentils. Je ne sais pas pourquoi ils font ce qu’ils font mais je voudrais qu’ils changent, qu’ils écoutent leur cœur et pas les autres. Mon copain à l’école m’a dit qu’il restait tout le temps chez lui parce que ses parents ne veulent plus sortir. Je sais pas pourquoi ils font ça mais c’est triste, surtout de ne pas sortir quand il fait beau ! J’aimerais que les gens ne mentent plus. Maman me dit que les gens qui mentent ont de mauvaises intentions. Je ne sais pas ce qu’ils veulent mais je me méfie un peu. Maman me dit qu’il ne faut pas faire confiance à ces gens parce qu’ils sont mauvais et ils ne changeront jamais. Mais j’ai de l’espoir.

J’aimerais que tous les gens qui travaillent durement puissent être contents. Je ne vois jamais mon papa. Je ne le vois pas le matin car il se lève très tôt. Et le soir, quand il rentre je suis déjà au dodo. Je l’entends arriver mais si je descends lui faire un bisou il risque de me gronder parce que je dors pas. Mais des fois, j’entends mes parents crier très fort. Je sais pas très bien pourquoi mais il y a un mot qui revenait souvent. Argent. Tu sais ce que c’est ? Tu pourrais nous en donner plein plein plein ?

J’espère, Père Noël, que tu vas pouvoir m’apporter tout ce que je t’ai demandé.

C’est pas grand chose mais ça pourrait faire un grand bien à beaucoup de monde.

Joyeux Noël.

Un simple cauchemar…

AH !

Bobom

Bobom

Bobom

Bobom

Bobom

Bobom

BoBom

BomBom

Bom Bom

Bom Bom

Hum… respire… souffle… Réveil en sursaut… Battements de coeur à 200 à l’heure… Fiou… Quel cauchemar… Ça doit être à cause de ce sénile homme en noir… La conversation qu’on a eu hier soir m’a retourné l’esprit…

Ah vous êtes là…

Non, tout va bien, une image qui m’a assailli dans mon sommeil, rien de plus…

Oh… vous la connaissez cette image, elle vous a peut-être choqués à vous aussi…

Andrei Karlov, ambassadeur russe en Turquie, assassiné froidement par un jeune turc radicalisé…

Vous n’avez pas pu rater ça… Impossible… La vidéo a tourné partout, réseaux sociaux, médias… ouais, médias… On en est plus à une connerie près…

Je pensais tout haut tout à l’heure… L’homme en noir n’est pas sénile, je sais que certains d’entre vous l’aiment bien… Mais sur le coup…

En réalité, nous avons parlé hier de ce meurtre, spectaculaire, inimaginable en temps normal… Sauf que nous ne sommes pas en temps normal…

L’homme en noir me l’a bien fait comprendre… Pour lui, cet acte nous ramène 102 ans plus tôt, du côté de Sarajevo… Le 28 juin 1914, le jeune Gavrilo Princip tue François Ferdinand, héritier du trône des Hasbourg… Petit détail de l’Histoire, qui amènera à en écrire l’une des pages les plus sanglantes.

L’homme en noir le pressent, ce qui s’est passé le 19 décembre dernier à Ankara a la capacité de couper les derniers filins d’humanité qui nous restent… Et de replonger dans les affres de la Guerre…

Je lui ai bien entendu rétorqué le contraire… Qu’il n’y avait aucun rapport entre les deux… Que ces coups de feu étaient plus un acte désespéré, inspiré par des idéologies dont nous connaissons déjà la cruauté et la brutalité, qu’une décision politique, mûrie… Même si les Syriens pris sous les bombes auraient peut-être eu l’envie de prendre la parole de cette manière…

Aucune animosité envers la Turquie n’a pour le moment était exprimée du côté de la Russie, et inversement. Et si la 1er Guerre Mondiale avait été exacerbée par un langoureux jeu d’alliance, qui voudrait réellement soutenir ou Poutine ou Erdogan ?…

Je suis sorti de ma joute verbale avec l’homme en noir vainqueur, c’est une évidence… Mais ses mots m’ont malgré tout rattrapé… Et si une 3e Guerre Mondiale n’est pas à prévoir dans l’heure, le climat actuel me scie le crâne, et m’amène à vous écrire… En pleine nuit… Ce qui est déjà extrêmement inquiétant.

Monsieur Gris

Wir sind alle Berliner…

La rédaction du Distrait et ses plumes voulaient tous ensemble adresser un message de soutien à tous ceux qui avait été touché, de près comme de très loin par les attentats de Berlin…

Et comme nous l’avons écrit… Comme beaucoup de Grands l’ont dit : Nous sommes tous Berlinois.
wir-sind-alle-berliner

L’Enfer est à Alep

Boum Boum Boum Boum… Vous l’entendez cette douce litanie, à l’autre bout du continent ?

Non, vous ne pouvez pas, c’est normal. À cette distance, vous ne pouvez qu’ouïr quelques minables échos, transportés par les journaux ou par les réseaux sociaux.

De quoi je vous parle ? Allons, vous ne devinez pas ? Eh bien des bombes, évidemment. Des bombes qui n’en finissent plus de tomber sur Alep, en Syrie. Les bombes, toujours les mêmes, qui nous ont déjà poussés à écrire quatre papiers à ce sujet depuis la création du Distrait. Ces bombes qui sans arrêt labourent les ruines des ruines.

Combien de jours, de semaines sont passées depuis que le dernier immeuble debout est tombé ? Combien de temps encore va-t-il falloir attendre avant de pouvoir rayer de la carte la ville d’Alep ?

15450969_363538673999827_2101957878_n

Bien sûr, le bilan matériel n’est sans doute pas le plus important à nos yeux. Un bâtiment, ça casse, mais ça se reconstruit. Une vie, on ne peut pas la reconstruire.

Les rebelles sont acculés sur leurs dernières fragiles positions, ne pouvant plus contenir l’armée gouvernementale, appuyée par les Russes. Les aides humanitaires internationales, venues soutenir les populations, sont en danger de mort si elles sont prises.

Et que dire des habitants d’Alep, ceux qui fuient, ceux qui se cachent, ceux qui préfèrent mourir que d’abandonner ce qui reste de leur quartier.

Que dire alors de tous ceux qui sont déjà morts…

La dureté de cet article ne se résume pourtant pas à ça, mais plutôt à l’incapacité totale d’agir pour sauver ce qui reste d’espoir, d’humanité. Les sauver des griffes d’acier que sont devenus les immeubles éventrés d’Alep.

Tout le monde voit le brasier, mais personne n’est en capacité de venir l’éteindre.

Les états se neutralisent, les médias n’ont jamais su protéger un enfant des bombes…

Toute forme de soft power n’a plus lieu d’être à Alep, seule la force et la cruauté ont leur place.

Tout ça pour quoi déjà ? Garder la main mise sur un peuple désireux de plus de liberté ? Boh… Ça on l’a oublié…

Alors vous n’avez plus qu’à regarder, à constater, sur les réseaux sociaux, dans les journaux.

L’Enfer est à Alep.

L’homme en noir

La religion au cœur de notre république laïque…

Hey salut, c’est moi l’Homme en Noir, ça fait plaisir de vous revoir, ça faisait quelques jours déjà ! Ouais, je sais ce que vous vous dîtes, s’il revient, c’est que quelqu’un va prendre cher ! Et ô surprise… Bah, vous avez raison ! Alors qui va être cet individu qui va avoir mal aux fesses en se couchant ce soir ? Serait-ce Jérôme Cahuzac qui a été condamné hier à 3 ans de prison ferme et cinq ans d’inéligibilité pour fraude fiscale et blanchiment d’argent ? Non, il n’y a rien à dire, la justice a bien son travail en envoyant à l’ombre un escroc qui a menti sciemment aux députés et aux Français en les regardant dans les yeux. Ça va être Michelle Alliot-Marie alors ? Elle qui, pour se lancer dans la campagne présidentielle (en faisant ainsi cession avec Les Républicains qui ont choisi Fillon) a utilisé des photos de manifestants chiliens puis d’étudiants américains afin d’alimenter son site internet de campagne. Bon, on va être honnête, c’est ridicule, mais ça se passe de commentaire, on n’avait pas besoin de ça pour savoir qu’elle n’attire pas particulièrement les jeunes. Mais alors qui sera ma cible ? Et bien tous les Français ou plutôt pour être exact, les préoccupations des Français.

Aujourd’hui, nous sommes le 9 décembre 2016. Il y a donc 111 ans jour pour jour, un député socialiste, Aristide Briand faisait voter une loi demandant la séparation des Églises et de l’État. Fondement même de notre France contemporaine, cette loi, si décriée à l’époque par une partie du pays, est aujourd’hui en danger. Non pas que les députés veulent revenir dessus. Enfin… pas que l’on sache du moins. Non, en réalité le problème est bien pire : la religion est devenu petit à petit le sujet numéro un des discussions politiques et comme par hasard, les tensions entre communautés sont de plus en plus accrues. Même si je pense que cela date de bien avant, certains diront que ce retour en force de la religion dans les débats provient des tueries des 7 et 9 janvier 2015 durant lesquelles la France s’est fait attaquer sur son sol au nom d’une cause en lien plus ou moins étroit (cela dépend des avis, je ne suis pas là pour trancher) avec une religion – l’Islam en l’occurrence. Ces attaques ont d’abord créé une cohésion qui n’a pas duré puisqu’ensuite les diverses communautés religieuses se sont refermées sur elles-même dans un climat de tension. L’expansion de l’État Islamique n’a fait qu’aggraver le phénomène, les musulmans devenant des parias pour une partie de la France. En réaction, les catholiques intégristes qui depuis le Mariage pour Tous se font un plaisir de nous balancer leur puritanisme à tout-va, n’ont pas manqué l’occasion.

Ici, la représentation de la séparation de l’Eglise et de l’Etat… Bon y a pleins de sens sur cette image, prenez comme elle vient vous cassez pas la tête c’est juste pour illustrer…

Ainsi, depuis environ deux ans, chaque discours, débat ou proposition politique va à un moment donné parler de religion. Soit pour éviter la stigmatisation d’une communauté, soit pour faire pleurer sur le sort d’une autre soit pour rappeler les fameuses racines judéo-chrétiennes de la France si chères à certains que l’on ne citera même pas. Le fait religieux est donc au centre des débats dans un pays laïque qui s’est séparé de l’Église il y a 111 ans. Un bien triste retour en arrière. Et c’est peu dire que la suite va être pire. L’élection présidentielle approchant, petites et grandes phrases assassines sont de sortie et les Politiques ont pour certains le regard focalisé sur la religion. Et je ne parle pas là du Christ Cosmique Sylvain Durif. Non, je pense à François Fillon, à la famille Le Pen, à Jean-Frédéric Poisson ou encore à tous les arriérés de la Manif pour Tous. La majorité n’est pas mieux d’ailleurs, l’exemple du débat incroyable sur le burkini en est un exemple parfait avec une gauche qui s’est déchirée sur le sujet. Et que dire de l’IVG ? Quoi vous ne voyez pas le rapport ? Pologne, Espagne, Italie… Vous ne voyez pas un énorme point commun entre ces pays qui ont soit réduit les possibilités, soit voulu interdire, soit simplement aborder le sujet de l’avortement ? Le catholicisme ! Une religion donc ! Et comme par hasard, quel est le sujet bouillant dans l’air du temps ? L’avortement en France ! Coïncidence ? Je ne crois pas !

Alors voilà, en ce 9 décembre, je tenais à rendre hommage au grand homme qu’a été Aristide Briand et à sa loi qui est un fondement essentiel de la belle république laïque qu’est la France. Et au passage, rappeler à tous ceux qui ont une croyance quelconque que vous nous emmerdez au plus au point ! Il y en a marre de vivre dans un pays où on parle religion du matin au soir ! Il y en a marre de vivre dans un pays qui veut renier les avancées sociales ou étatiques pour lesquelles nos prédécesseurs se sont battus ! Et surtout, il y en a marre que les Français aient besoin d’un bouquin dont personne ne sait la véracité ou non, pour savoir comment on doit mener notre pays ! Et je ne parle même pas de la récupération politique derrière.

Finalement, je vais faire comme Guillaume Meurice, je vais croire en le Prophète Oui-Oui et son joli taxi et puis c’est tout !

L’homme en noir

Hollande, président normal

Coup de théâtre sans précédent dans l’Histoire de la République. Un président en place annonce aux Français qu’il ne sera pas candidat à sa propre succession… Du jamais vu.

Moi, le blanc rêveur, j’en aurais presque versé une larme, tant l’instant fut beau, fut fort.

Un instant magnifique où un homme, qui s’est battu pour des idées pendant 5 ans, triomphant parfois, se noyant souvent, accepte de se retourner, d’analyser ses échecs et ses victoires, d’appréhender ce que recherche son camp politique, de comprendre, enfin, ce que veulent les Français.

Les Français ne le voulaient plus, ça, il a dû le comprendre. Son camp voulait insuffler un nouveau souffle, contrer le surprenant François Fillon par une primaire qui rassemblerait les socialistes, faire revenir des limbes la gauche plurielle.

Alors le président de la République Française a décidé de s’effacer.

Il va poursuivre son mandat, tranquillement, en tentant de le clore sur de belles notes.

francoishollande
– capture d’écran – François Hollande ne sera pas candidat en 2017.

AH PARDON MAIS J’EN REVIENS TOUJOURS PAS !!!!

C’est fou ! Personne ne s’attendait à ça !

En une phrase, il est remonté dans l’estime de beaucoup de Français, et l’on pourra dire, dans quelques années ceci :

François Hollande a été le président le plus normal que l’on ait jamais eu, et par normal, comprenez humain. Il a fait ce qu’il pouvait, il a été manipulé, (forcément), il s’est entêté, (forcément), il s’est trompé, (forcément), mais il est resté lucide sur son quinquennat.

Des livres sont sortis, des articles sont passés, des témoignages ont fait surface, le montrant imbu de lui-même, ultra ambitieux… C’est que c’est sans doute vrai. Cependant, hier, il nous a prouvé qu’il aura respecté au moins une de ses promesses de campagne : Être un président normal : tu rates, tu t’en vas.

Il est venu, il a vu… il a été vaincu, mais lorsqu’il s’en ira, il s’en ira en monsieur.

 

Le blanc rêveur

El comandante s’en est allé

Fidel Castro n’est plus. L’information est tombée comme ça.

Son frère, le Président Raul Castro, l’a sobrement annoncé en lisant un communiqué à la télévision nationale.

Pourtant, le décès à l’âge de 90 ans du père de la Révolution cubaine est lourd en symboles. À commencer par celui de la perte d’un des principaux acteurs de la Guerre Froide. Mais aussi celui du dernier véritable dirigeant communiste. Un homme à la poigne de fer tout comme l’était sa volonté, mais aussi un homme de conviction, qui a fait de la lutte contre le capitalisme et l’américanisation de la société son credo. Un homme qui n’a pas hésité à mener une révolution pour renverser en 1962 le dictateur tyrannique Fulgencio Batista, installé au pouvoir par les États-Unis.

Devenu Premier ministre après la révolution, il devient président de 1976 jusqu’en 2008, où il cède son poste à son bras droit de toujours, son petit frère Raul.

Fidel Castro, c’est avant tout un leader né qui n’a jamais hésité à affronter plus fort que lui. Un dirigeant qui a posé ses rangers militaires sur le marbre de la tribune du Conseil de L’ONU a New-York pour offrir un pamphlet contre la finance et le capitalisme sous la forme d’un discours de 4h29 durant lequel il ridiculise les États-Unis et déplore les coups de pression du gouvernement Eisenhower.

Un homme qui a survécu à plus d’une vingtaine de tentatives d’assassinat, la plupart commanditées ou exécutées par la CIA, mais aussi un homme qui a soutenu l’invasion de l’Afghanistan par l’URSS, ce qui lui a fait perdre de nombreux soutiens à travers le monde.

Fidel Castro, c’est aussi une marque de fabrique, une icône à lui tout seul, le frère d’armes du révolutionnaire le plus connu de l’histoire : Ernesto « Che » Guevara. Ensemble, ils ont parcouru à pied la jungle cubaine, commandant un peuple en quête de liberté, avançant sans cesse, face à la plus grande adversité.

Ensemble, ils ont gouverné, Fidel Castro devenant président et le Che son ministre le plus important, celui de l’industrie et de l’agriculture. Ensemble enfin, ils ont tenté de mener d’autres révolutions en soutenant les rebelles dans plusieurs pays. Ils ont fait partager une idéologie, une vision du monde avant que le Che ne soit tué durant l’une de ces missions de « libération des peuples opprimés du monde ».

d7f4b446f7a406b8e43a27bbc3fa1
– Capture d’écran – Fidel Castro restera pour beaucoup le symbole des Révolutions populaires.

Pourtant, l’oppression était aussi une des méthodes de pouvoir qu’il a le plus utilisée, condamnant et faisant exécuter des centaines voire des milliers d’opposants, créant un État avec un parti unique et n’autorisant pas la presse à faire son boulot. Certains justifieront cela en répliquant que c’était en réponse à l’embargo américain qui a causé la grande pauvreté du peuple cubain, d’autres que Fidel Castro n’était qu’un dictateur sanguinaire comme un autre.

Libre à chacun d’interpréter. Toujours est-il qu’après des années de domination sur l’île, Fidel Castro a été obligé de céder le pouvoir à son frère en 2006, la faute à une hémorragie intestinale et à une fatigue générale de son corps. En 2011, celui qui fut le Leader Maximus abandonne sa dernière fonction officielle, premier secrétaire du Parti communiste, pour se reposer.

Idolâtré par beaucoup, haï et considéré comme un dictateur totalitaire par les autres, Fidel Castro, c’était aussi une gueule, une barbe, un cigare et l’homme de deux tenues : le treillis militaire puis, sur le tard, les survêtements.

Le sale cabot cubain, qui refusait de suivre tête baissée la marche du monde, s’en est allé.

Monsieur Gris