Pas belle, l’année 2016…

Bonjour tout le monde ! Désolé de vous déranger pendant votre digestion de tous les gros repas que vous avez fait ces derniers jours, mais c’est la fin de l’année et je me suis dit que c’était le moment de se faire une petite rétrospective de 2016 !

Alors soyons honnête, même si on n’est pas au niveau de 2015, 2016 aura été une riche année de merde !

Et ça, on l’avait vite senti venir vu que dès le 6 janvier, c’est ce cher Kim Jong-Un qui lance le bal en faisant flipper tout le monde avec les premiers essais nucléaires de sa grande démocratie qu’est Corée du Nord.

05172923125193
L’ami King Jong Un… Si si c’est un méchant…

Pourtant, ses menaces sont très vite occultées par la réalité la semaine suivante.

À peine remis des attentats du 13 novembre à Paris, le monde va de nouveau faire face à l’horreur du terrorisme. En l’espace de quatre jours, l’État Islamique commet trois attentats à Istanbul, Jakarta puis Ouagadougou pour un bilan total de 51 morts et des centaines de blessés. En mars, c’est la Belgique qui est à son tour attaquée avec un triple attentat suicide à Bruxelles. Bilan 32 morts, 340 blessés et une Europe qui plus que jamais sent bien que la menace terroriste est omniprésente et commence à désespérer. Surtout que le même mois, Istanbul encore, le Pakistan et la Côté d’Ivoire ont été victimes d’attaques terroristes pour plus d’une centaine de morts. Des attaques terroristes, on peut encore en citer plein malheureusement, avec notamment en juin une fusillade dans une boite de nuit LGBT à Orlando qui fait 49 morts, de nouveaux attentats suicides à Istanbul avec 45 morts et près de 300 blessés. Et malheureusement, croyez-moi, je suis bien désolé de vous plomber le moral comme ça avec ce décompte des attentats qui ont marqué notre planète, mais c’est important de s’en rappeler. Surtout que je n’ai pas encore parlé de la France.

Souvenez-vous, le 14 juillet, c’était la fête nationale, tout le monde voulait profiter pour faire un peu la fête dans un climat pourtant anxiogène. À Nice ce jour-là, un djihadiste de Daesh commet l’une des pires atrocités qu’ait connu notre pays. À bord d’un poids lourd il va remonter la Promenade des Anglais qui est alors noire de monde et roule sur le trottoir sur plusieurs centaines de mètres avant de finir par être abattu par les hommes de la BRI. En tout 89 personnes perdent la vie et 434 sont blessées plus ou moins gravement. Cet attentat intervient à peine 8 mois après celui de Paris et seulement 10 jours après un autre attentat suicide à Bagdad qui a fait 341 morts et plusieurs centaines de blessés.

2048x1536-fit_policiers-lieux-attentat-nice-nuit-14-15-juillet-2016
La Promenade des Anglais, à Nice, la nuit du 14 juillet 2016.

Ces nombreuses attaques sont une réaction désespérée de l’État Islamique qui recule de plus en plus et perd peu à peu son territoire en Syrie devant les forces rebelles et la coalition internationale.

En octobre, le 17 pour être exact, débute la bataille de Mossoul. Durant des semaines, les combats vont faire rage et des centaines de personnes vont mourir. En Syrie, la situation ne s’améliore pas tout au long de l’année. Pire, elle devient de plus en plus désespérée, notamment à Alep-Est. Bombardée par l’armée de Bashar El-Assad ainsi que par la Russie, les rebelles qui se battent contre le dictateur en place vont mourir par millier tout comme les civils qui sont pris au piège entre les bombes et les tirs de snipers. Ce que l’on retiendra surtout et plus encore que l’horreur, c’est l’inaction de la communauté internationale. Il y a quelques jours, des employés de l’ONU ont fait un mannequin challenge pour s’amuser. Et il a été excellemment réussi. En même temps, à l’ONU, l’inaction, ils connaissent bien. En raison notamment des veto constant de la Russie et de la Chine, aucune intervention n’est programmée pour stopper les massacres et la population mondiale reste incrédule. Derrière nos télévisions et nos ordinateurs, on reste impuissant et complètement désemparé par cette situation qui n’est pas prête de s’améliorer.

Alep bombardée
Alep brûle

D’autant plus que la semaine dernière encore, l’horreur a frappé avec un nouvel attentat au camion bélier, ce coup-ci sur un marché de Noël à Berlin, faisant 12 morts… Abattu à Milan, l’auteur de ce massacre avait fait allégeance à Daesh, comme pour une nouvelle piqure de rappel…

les-enqueteurs-disposent-de-plus-de-500-indices-pour-remonter-la-piste-de-l-auteur-de-l-attaque
Le camion qui a foncé il y a quelques jours dans la foule, du côté du marché de Noël de Berlin.

Mais rassurez-vous, les Américains ont trouvé LA solution ! Et oui, peuple brillant s’il en est, celui des Etats-Unis a cette incroyable capacité à ne pas utiliser son cerveau et l’a une fois de plus prouvé. Après des mois et des mois d’une bataille acharnée qui aura tenu en haleine le monde entier, la course à la présidentielle américaine s’est finie sur la victoire de Donald Trump.

Et oui, la voilà la solution, mettre à la tête du pays le plus puissant du monde un milliardaire égocentrique qui part du principe que les USA doivent se retirer de toutes les affaires du monde. Comme je pense que ce n’est pas la peine de développer sur le dégoût que m’apporte ce gentil petit bonhomme trop mignon, on va rester sur la Syrie.

En gros, à partir du 20 janvier, la Russie aura la voie libre pour faire ce qu’elle veut là-bas, que ce soit aider le pouvoir ou larguer des bombes. Les Américains qui n’agissaient déjà pas beaucoup sur cette question vont carrément tout laisser en plan ! Quand je vous dis que 2017 va être rock’n’roll. Bon et sinon, qu’est-ce qu’il s’est passé en France à part du terrorisme saupoudré d’État d’Urgence ?

Plein de choses.

À commencer par six mois fous. Six mois, c’est le temps qu’aura duré la contestation contre la Loi Travail. Six mois de grèves, de manifestations et d’engueulades incroyables sur fond de tension voire de fracture sociale. En proposant une loi ayant pour but de faciliter les licenciements, revoir le Code du Travail et favoriser la libéralisation de notre économie, la Ministre du travail, Myriam El Khomeri met le feu aux poudres. Dès le 9 mars, des manifestations monstres ont lieu dans toute la France et vont se poursuivre durant plusieurs mois. Le 31 mars, le mouvement social Nuit Debout fait son apparition. Tous les jours aux alentours de 18h, les opposants se réunissent par centaines voire par milliers dans tout le pays afin de créer le dialogue, proposer des solutions et réfléchir aux futures actions.

Mais tout cela sera annihilé par Manuel Valls qui en utilisant le 49.3 va faire passer cette loi en force. Les Manifestations contre la Loi Travail occasionneront de véritables scènes de guérilla et de violence contre les institutions et les forces de l’ordre, accusées de vouloir réprimer le mouvement par la violence. Et en effet, rarement la France n’aura vu autant de bavure policière, certaines mêmes seront filmées et choqueront les Français.

Quelque temps après, ce sont les policiers qui vont commencer à manifester afin de demander au peuple d’aimer la police et de la soutenir. Une vaste blague, surtout quand ils s’étonneront que les gens leur reprochent les violences, targuant qu’ils sont là pour notre sécurité…

10953987
Les 7 candidats de la Primaire de Droite… En gros, ce qu’il faut savoir, c’est que le plus à droite a surpris son monde, que le petit du milieu est parti avec la chasse d’eau et que le vieux, à côté de la dame en rouge, s’est fait laminer sur le terrain du physique.

Enfin bref, arrive au côté « sympatoche » avec la tant attendue primaire de la droite et du centre. Au programme, sept candidats allant d’une droite centriste avec NKM ou Alain Juppé à une droite flirtant avec le fascisme ou le catholicisme intégriste à l’image de ces chers Nicolas Sarkozy, Jean-Frédéric Poisson ou encore Jean-François Copé.

Ce dernier nous a tout de même offert l’un des plus gros éclats de rire de l’année avec l’affirmation à la radio que selon lui les chocolatines ne coûtent que 15 centimes d’Euros. Une telle blague, que même Juppé avec son surnom ridicule de Péju ou lorsqu’il annonce faire ses courses dans un supermarché n’existant plus depuis 15 ans n’aura pas fait mieux. Pas grave, Copé n’obtiendra que 0,3 % des votes, comme quoi, il n’a pas dû faire assez le chien battu à la télé ! Mais ce que l’on retiendra le plus c’est la cuisante défaite de Nicolas Sarkozy dès le premier tour alors qu’il se voyait déjà de nouveau élu Président. Une fessée magique qui nous aura fait rire comme rarement et qui pour la seconde fois aura gratifié nos oreilles de l’annonce d’un retrait de la vie politique de l’ancien chef de l’État.

Tiens et en parlant de président de la République, François Hollande, conscient de son impopularité record et de l’échec sur de trop nombreux points, a décidé à la surprise générale de ne pas se représenter en 2017. Quand je vous dis que ce monde est fou ! La voie est depuis libre pour les socialistes et ceux qui annoncent en être avec une politique libérale.

Eh oui, depuis, tout le monde à gauche s’annonce candidat, de Manuel Valls à Vincent Peillon en passant par Arnaud Montebourg ou Benoît Hamon.

Enfin bref, ces élections vont être un joyeux bordel, surtout que depuis quelques mois, la France est confrontée à un sursaut incroyable du catholicisme intégriste qui a pour conséquence la remise en question de l’IVG, du mariage pour tous, des manuels scolaires, des pubs contre le SIDA ou encore la polémique surréaliste du burkini. En tête de ces débats, un véritable concours de rétrogrades avec François Fillon, Marine Le Pen et sa nièce Marion, Christine Boutin, Jean-Frédéric Poisson, Nicolas Dupont-Aignan et autres Robert Ménard.

Tout ce joyeux monde aura fait 2016 malheureusement à coup d’interventions dignes du Moyen-Age, de polémiques ridicules ou de déclarations sans aucune humanité notamment autour de la triste situation de la Jungle de Calais.

Parler de ces gens me mettrait en rogne alors je ne vais pas le faire, de toute façon si vous avez déjà prévu de voter pour le Front National, sachez que le peuple ne vous oubliera pas quand il sera l’heure de rendre des comptes et que de toute façon, vous faites réellement pitié à croire en les mirages que vous proposent ces populistes à la con qui vous utilisent pour vous foutre dans la merde quand ils seront au pouvoir.

Alors croyez en le Père Noël si vous voulez, mais ne nous l’imposez pas ! Ou la réplique risque d’être violente ! Voilà, c’est dit, maintenant, c’est l’heure pour moi de vous laisser et de vous souhaiter de joyeuses fêtes et une bonne année 2017 ! De toute façon, elle ne pourra pas être pire que 2016 !

 

L’homme en noir

L’Enfer est à Alep

Boum Boum Boum Boum… Vous l’entendez cette douce litanie, à l’autre bout du continent ?

Non, vous ne pouvez pas, c’est normal. À cette distance, vous ne pouvez qu’ouïr quelques minables échos, transportés par les journaux ou par les réseaux sociaux.

De quoi je vous parle ? Allons, vous ne devinez pas ? Eh bien des bombes, évidemment. Des bombes qui n’en finissent plus de tomber sur Alep, en Syrie. Les bombes, toujours les mêmes, qui nous ont déjà poussés à écrire quatre papiers à ce sujet depuis la création du Distrait. Ces bombes qui sans arrêt labourent les ruines des ruines.

Combien de jours, de semaines sont passées depuis que le dernier immeuble debout est tombé ? Combien de temps encore va-t-il falloir attendre avant de pouvoir rayer de la carte la ville d’Alep ?

15450969_363538673999827_2101957878_n

Bien sûr, le bilan matériel n’est sans doute pas le plus important à nos yeux. Un bâtiment, ça casse, mais ça se reconstruit. Une vie, on ne peut pas la reconstruire.

Les rebelles sont acculés sur leurs dernières fragiles positions, ne pouvant plus contenir l’armée gouvernementale, appuyée par les Russes. Les aides humanitaires internationales, venues soutenir les populations, sont en danger de mort si elles sont prises.

Et que dire des habitants d’Alep, ceux qui fuient, ceux qui se cachent, ceux qui préfèrent mourir que d’abandonner ce qui reste de leur quartier.

Que dire alors de tous ceux qui sont déjà morts…

La dureté de cet article ne se résume pourtant pas à ça, mais plutôt à l’incapacité totale d’agir pour sauver ce qui reste d’espoir, d’humanité. Les sauver des griffes d’acier que sont devenus les immeubles éventrés d’Alep.

Tout le monde voit le brasier, mais personne n’est en capacité de venir l’éteindre.

Les états se neutralisent, les médias n’ont jamais su protéger un enfant des bombes…

Toute forme de soft power n’a plus lieu d’être à Alep, seule la force et la cruauté ont leur place.

Tout ça pour quoi déjà ? Garder la main mise sur un peuple désireux de plus de liberté ? Boh… Ça on l’a oublié…

Alors vous n’avez plus qu’à regarder, à constater, sur les réseaux sociaux, dans les journaux.

L’Enfer est à Alep.

L’homme en noir

La religion au cœur de notre république laïque…

Hey salut, c’est moi l’Homme en Noir, ça fait plaisir de vous revoir, ça faisait quelques jours déjà ! Ouais, je sais ce que vous vous dîtes, s’il revient, c’est que quelqu’un va prendre cher ! Et ô surprise… Bah, vous avez raison ! Alors qui va être cet individu qui va avoir mal aux fesses en se couchant ce soir ? Serait-ce Jérôme Cahuzac qui a été condamné hier à 3 ans de prison ferme et cinq ans d’inéligibilité pour fraude fiscale et blanchiment d’argent ? Non, il n’y a rien à dire, la justice a bien son travail en envoyant à l’ombre un escroc qui a menti sciemment aux députés et aux Français en les regardant dans les yeux. Ça va être Michelle Alliot-Marie alors ? Elle qui, pour se lancer dans la campagne présidentielle (en faisant ainsi cession avec Les Républicains qui ont choisi Fillon) a utilisé des photos de manifestants chiliens puis d’étudiants américains afin d’alimenter son site internet de campagne. Bon, on va être honnête, c’est ridicule, mais ça se passe de commentaire, on n’avait pas besoin de ça pour savoir qu’elle n’attire pas particulièrement les jeunes. Mais alors qui sera ma cible ? Et bien tous les Français ou plutôt pour être exact, les préoccupations des Français.

Aujourd’hui, nous sommes le 9 décembre 2016. Il y a donc 111 ans jour pour jour, un député socialiste, Aristide Briand faisait voter une loi demandant la séparation des Églises et de l’État. Fondement même de notre France contemporaine, cette loi, si décriée à l’époque par une partie du pays, est aujourd’hui en danger. Non pas que les députés veulent revenir dessus. Enfin… pas que l’on sache du moins. Non, en réalité le problème est bien pire : la religion est devenu petit à petit le sujet numéro un des discussions politiques et comme par hasard, les tensions entre communautés sont de plus en plus accrues. Même si je pense que cela date de bien avant, certains diront que ce retour en force de la religion dans les débats provient des tueries des 7 et 9 janvier 2015 durant lesquelles la France s’est fait attaquer sur son sol au nom d’une cause en lien plus ou moins étroit (cela dépend des avis, je ne suis pas là pour trancher) avec une religion – l’Islam en l’occurrence. Ces attaques ont d’abord créé une cohésion qui n’a pas duré puisqu’ensuite les diverses communautés religieuses se sont refermées sur elles-même dans un climat de tension. L’expansion de l’État Islamique n’a fait qu’aggraver le phénomène, les musulmans devenant des parias pour une partie de la France. En réaction, les catholiques intégristes qui depuis le Mariage pour Tous se font un plaisir de nous balancer leur puritanisme à tout-va, n’ont pas manqué l’occasion.

Ici, la représentation de la séparation de l’Eglise et de l’Etat… Bon y a pleins de sens sur cette image, prenez comme elle vient vous cassez pas la tête c’est juste pour illustrer…

Ainsi, depuis environ deux ans, chaque discours, débat ou proposition politique va à un moment donné parler de religion. Soit pour éviter la stigmatisation d’une communauté, soit pour faire pleurer sur le sort d’une autre soit pour rappeler les fameuses racines judéo-chrétiennes de la France si chères à certains que l’on ne citera même pas. Le fait religieux est donc au centre des débats dans un pays laïque qui s’est séparé de l’Église il y a 111 ans. Un bien triste retour en arrière. Et c’est peu dire que la suite va être pire. L’élection présidentielle approchant, petites et grandes phrases assassines sont de sortie et les Politiques ont pour certains le regard focalisé sur la religion. Et je ne parle pas là du Christ Cosmique Sylvain Durif. Non, je pense à François Fillon, à la famille Le Pen, à Jean-Frédéric Poisson ou encore à tous les arriérés de la Manif pour Tous. La majorité n’est pas mieux d’ailleurs, l’exemple du débat incroyable sur le burkini en est un exemple parfait avec une gauche qui s’est déchirée sur le sujet. Et que dire de l’IVG ? Quoi vous ne voyez pas le rapport ? Pologne, Espagne, Italie… Vous ne voyez pas un énorme point commun entre ces pays qui ont soit réduit les possibilités, soit voulu interdire, soit simplement aborder le sujet de l’avortement ? Le catholicisme ! Une religion donc ! Et comme par hasard, quel est le sujet bouillant dans l’air du temps ? L’avortement en France ! Coïncidence ? Je ne crois pas !

Alors voilà, en ce 9 décembre, je tenais à rendre hommage au grand homme qu’a été Aristide Briand et à sa loi qui est un fondement essentiel de la belle république laïque qu’est la France. Et au passage, rappeler à tous ceux qui ont une croyance quelconque que vous nous emmerdez au plus au point ! Il y en a marre de vivre dans un pays où on parle religion du matin au soir ! Il y en a marre de vivre dans un pays qui veut renier les avancées sociales ou étatiques pour lesquelles nos prédécesseurs se sont battus ! Et surtout, il y en a marre que les Français aient besoin d’un bouquin dont personne ne sait la véracité ou non, pour savoir comment on doit mener notre pays ! Et je ne parle même pas de la récupération politique derrière.

Finalement, je vais faire comme Guillaume Meurice, je vais croire en le Prophète Oui-Oui et son joli taxi et puis c’est tout !

L’homme en noir

Fillon/Juppé, le duel du renouvellement des Politiques

Il paraît que dans la vie l’important, c’est de prendre des décisions. Hier, 4,3 millions de personnes ont donc essayé d’en prendre une en allant voter au premier tour des primaires de la droite et du centre.

Au final, la moitié des votants étaient de gauche, ce qui nous offre des résultats inattendus. Et l’occasion de faire de nouveau un choix : rigoler ou pleurer, opter pour la liesse ou pour la tristesse ? Pas facile de répondre n’est-ce pas ? Et pourtant, il faut choisir ! Alors petit tour d’horizon des résultats de ce premier tour !

Bon, on ne va pas se mentir, le principal vainqueur de ce vote, c’est François Fillon qui culmine à presque 45 % des voix ! Malgré sa tête à bosser dans les pompes funèbres, l’ancien Premier Ministre a réussi à finir premier avec près de 20 points de plus que son dauphin, Alain Juppé, pourtant annoncé grand favori depuis des mois. Qui dit Juppé second dit Nicolas Sarkozy éliminé dès le premier tour (3e avec 24 % des voix), ce qui est la plus belle nouvelle en politique depuis sa défaite (déjà) en 2012 face à François Hollande.

Sarko éliminé, c’est un peu comme la victoire d’un club français en Ligue des Champions, on l’attend chaque année et finalement, ça n’arrive jamais. Sauf que 2016 était l’année de trop pour le chouchou de Kadhafi et les Français se sont enfin débarrassés de cette caricature ambulante qui gesticulait un peu trop.

Eh oui, pour la seconde fois, Sarkozy a annoncé son retrait de la vie politique et cette fois-ci, ça semble être vrai. Bon allez, comme ce n’est pas cool de se moquer d’un mec qui va prochainement dormir à Fleury-Mérogis, je vais le laisser tranquille, il doit être bien occupé avec ses avocats !

Du coup, retour sur François Fillon ! Avec une campagne à peu près aussi réactionnaire qu’elle a été discrète, le Sarthois a compris que dans cette primaire, l’important n’était pas de faire le buzz en parlant de ses courses au Prisunic ou à la boulangerie des Lilliputiens (désolé, mais ça doit être le seul endroit où l’on trouve des chocolatines à 10 centimes) ou encore du nombre de frites dans l’assiette des écoliers.

Non, FF a lui fait le choix de rester en retrait, de parler de politique et de société, nous offrant ainsi un programme propre à nous faire croire au retour d’entre les morts de cette chère Thatcher avec des petits relents homophobes et ultra-conservateurs à faire passer Benoit XVI pour un leader LGBT.

Grand bien lui a pris puisqu’il a réussi à rassembler les électeurs dégoûtés des excès à la limite du fascisme de Copé, Poisson ou Sarkozy, mais qui ne voulaient pas voter pour des socialos comme NKM ou Juppé (c’est une boutade). Et ceux de gauche ne désirant ni de Juppé ni de Sarkozy..

Ainsi, l’ancien Premier Ministre devrait être élu, sauf surprise la semaine prochaine, comme étant le candidat de la droite et du centre à la Présidentielle de 2017. Et le pire, c’est qu’il a des chances de gagner puisqu’en cas de second tour contre Le Pen, la gauche voterait pour lui. Inversement s’il se retrouvait face à François Hollande, duel dans lequel il serait sans doute favori. Je ne vous raconte pas l’ambiance à l’Élysée quand il sera élu ! On va s’éclater sec.

Au final, Alain Juppé a assez peu de chance de renverser la vapeur avec 20 points de retard plus Bruno Le Maire et Nicolas Sarkozy qui appellent à voter Fillon, mais l’important n’est pas là.

Le maire de Bordeaux a surtout réussi à donner de l’espoir à Valéry Giscard d’Estaing quant à une candidature en 2022 ! A part ça, signalons l’excellent score de Jean-François Copé ! Le chien battu aux yeux larmoyants de la politique française a quand même réussi à se faire battre de plus d’un point par Jean-Frédéric Poisson en ne réunissant que 0,3 % des électeurs. 0,3 % ! Il n’y a pas de fautes de frappe ! En gros, sa femme et sa voisine ont dû voter pour lui et c’est tout ! Sérieusement, se taper la honte devant la France entière en balançant des prix de 1842 et vouloir quand même se présenter, c’est du lourd ! Faut avoir une sacrée confiance en soi… ou vivre en ermite sur Mars… à voir.

Enfin bref, au moins il nous aura fait rire. Un peu comme quand Dupont-Aignan a annoncé qu’il serait au second tour en 2017, et ça, ça n’a pas de prix !

Alors merci Les Républicains, on vous aime comme ça, ne changez pas, vous tenez le bon Fillon (#blague) et en plus pour la première fois, vous avez réussi à gagner honnêtement 8,5 millions d’euros, et ceux-là, on sait qu’ils ne sortent pas du sac de Mamie Zinzin ou sur les cadavres des démocraties Africaines (ouais j’attaque un peu quand même)…

Chapeau les artistes et à la semaine prochaine, j’ai hâte de savoir ce que va donner ce duel pour l’élection présidentielle entre le Ministre des Affaires Étrangères et le jeune Ministre de l’Enseignement Supérieur pour cette élection présidentielle de 1995 ! Et surtout, vive le renouvellement !

L’homme en noir

La valse des requins

Cet article ne mettra en scène que des animaux, une quelconque ressemblance avec des personnages publiques existants serait totalement incongrue… Par exemple, si vous pensez que je vais parler de la faune politique française, vous vous méprennez.

J’ai longtemps hésité à partir sur une jungle, des paysages de savane ou un terrain montagneux pour planter le décor de cette petite fable… Du coup, suivant toute logique, j’ai choisi l’océan, plus grand, plus profond, plus mystérieux.

L’océan donc… Toute une vie sous-marine tellement passionnante. Tous ces bancs de poissons, de toutes tailles, de toutes couleurs, qui se baladent groupés, en fonction de leur identité, de leur idéal de nage… Le peuple de l’océan, ce sont eux, en majorité, ces petits poissons qui se faufilent tranquillement, vivent leur vie… Comme c’est beau… Enfin… C’est beau jusqu’au moment où les requins et autres prédateurs fondent sur eux. Eh oui, malheureusement c’est ça la loi des océans.

requins-gris1-300x168
Les requins sont là… Bouuuuh que c’est inquiétant !

Beaucoup moins nombreux, les requins rivalisent de stratagèmes pour avaler le plus grand nombre de ces petits poissons…

Une tradition assez connue : montrer aux autres que l’on est bien meilleur qu’eux, que l’on peut se délecter de plus de voix… euh, de foies (oui, les poissons ont des foies) que les autres. Enfin bref, être au dessus du lot… être le roi, en gros.

On retrouve tout un tas d’espèces, des carnassiers sans vergogne au grand requin blanc, dont la noblesse n’est plus à démontrer – il est très rare, voire inexistant depuis quelques temps – en passant par de jeunes requins scie, plein d’ambitions, les dents aiguisées comme des poignards, déterminés à renverser l’ordre établi par de jolies pirouettes et un regard enjôleur…

On a dit que cette description ne permettait en aucun cas un rapprochement avec des personnalités existantes, mais je suis sûr que vous avez compris de qui l’on parlait… Mais si ! Allez, on vous donne son cri de guerre quand il va pêcher : « En Marche ! ». Vraiment là je vous ai mâché le travail…
De même, vous comprendrez l’allusion aux vieux requins préhistoriques qui tiennent encore et toujours une grande majorité des belles zones de chasse sous-marines. Fidèles au poste.

Tiens, regardez qui passent à l’instant ! Les requins marteaux… Comme leur nom l’indique, ils ne sont pas très fins… Ceux-là ne mangent pas tous les poissons. En fait, il y en a même certains qu’ils ne peuvent tout simplement pas supporter et les renvoyer à la surface ne les embêterait pas outre mesure…

Ah et puis les tous petits, là-bas, au fond, que personne ne respecte ! Les requins gentils. Ceux-là sont peut-être mes préférés ! Aucun poisson ne les comprend… Pas intéressant pour un sou, sans aucun charisme… Défenseurs de causes qui valent le coup mais que personne n’a le courage d’adopter.

C’est con, si on prenait le temps de les écouter… Peut-être qu’on avalerait moins d’arêtes… M’enfin bref…

Vous vous dîtes que vous aimeriez voir en vrai tous ces ballets aquatiques… Eh bien c’est assez simple… Il suffira d’allumer votre téléviseur, ce sera votre aquarium favori pour les prochains mois… En effet, tous les requins risquent de devenir dingues dans les prochaines semaines… Il n’est pas impossible qu’ils essaient de se dévorer entre eux…

Alors on peut le dire sans trop de difficultés : Ça va saigner !

 

 

L’homme en noir

Lundi vous pouvez changer la société

Comme toujours, l’actualité de cette semaine permet de traiter de n’importe quel sujet. J’aurai ainsi pu vous parler de François Bayrou qui est en guerre ouverte avec Nicolas Sarkozy depuis près de 20 ans, j’aurai aussi pu vous parler du micro-parti d’extrême droite SIEL qui se désolidarise du Front National, car il le trouve trop à gauche. Oui oui vous pouvez rigoler… ou pleurer d’ailleurs, imaginez où se situent les mecs ! J’aurai pu faire un tour outre-Atlantique pour prendre des nouvelles d’Hillary Clinton et des ses emmerdes avec le FBI qui font remonter ce cher Donald Trump dans les sondages…

Mais en fait non ! Des fois, l’ironie et taper sur les gens, ça me fatigue. Alors je me pose et je me dis : on va parler un peu d’informations qui font plaisir !

L’avancée du droit des femmes, ça vous tente ?

Non ?

Pas grave, c’est moi qui décide !

Lundi, dans toute l’Islande et à très précisément 14h38, des dizaines de milliers de femmes ont arrêté de travailler pour descendre dans la rue. Vous m’excusez cette blague sexiste mais non ce n’était pas les soldes.

une_manifestation_en_pologne_le_23_octobre_2016_195-jpeg_north_647x_white
Les femmes islandaises (mais aussi des hommes) ont sillonné les rues lundi dernier pour réclamer une égalisation des salaires, et pour mettre en sourdine une bonne fois pour toute la théorie des genres dans le domaine salariale.

Ces Islandaises étaient tout simplement appelées à faire grève pour protester contre les inégalités de salaire entre les hommes et les femmes. Pas une première malheureusement puisqu’en 2010 déjà, elles avaient effectué la même manifestation, à 14h35. En gros, l’égalité temps/salaire moyenne sur la population active d’Islande n’a progressé que de 3 minutes en 6 ans ! Bref c’est pas gagné !

Pour le même travail, une femme islandaise bosse gratuitement à partir du 24 octobre à 14h38 alors qu’un homme est payé jusqu’à la fin de l’année ! Une aberration à 14% de salaire en moins tout de même ! Pas grave, c’est en Islande me direz vous ! Et bien si c’est grave ! On ne parle pas d’un pays sous-développé mais bien d’une nation occidentale économiquement et politiquement forte si on oublie la crise des Subprimes !

Donc si un pays de ce genre a de telles inégalités, je ne vous raconte pas ailleurs !

En France notamment ! Ainsi, selon Eurostat, en France, en 2014, les femmes étaient payées 15,1% de moins que les hommes, en terme de salaire horaire brut moyen. Un bel écart donc. Stat toujours, selon le Forum Economique Mondial, l’égalité salariale ne devrait être réglée qu’en 2186 ans, soit dans 170 ans. C’est pas demain la veille donc. Cela dit, c’est dès aujourd’hui que l’on peut agir ! Enfin exactement dès ce lundi ! Pourquoi lundi ? Parce que ce sera le 7 novembre et à 16h34 et 7 secondes pour être précis, les femmes travailleront gratuitement et ce jusqu’à la fin de l’année ! En théorie évidemment ! Les Français – et pas que les femmes donc – sont appelés à descendre dans la rue pour lutter contre cette inégalité, pile à ce moment là ! Une action lancée par le collectif féministe Les Glorieuses qui lutte pour le droit des femmes ! Alors messieurs-dames, lundi à 16h34, on vous attend dans la rue !

 

L’homme en noir 

Qui est qui ?

Comment pouvais-je rater Halloween !!!

Impossible… Alors me voilà !

Je ne vous prendrai pas longtemps en otage, simplement le temps de voir avec vous comment vont se déguiser ce soir nos chers politiques français…

Nicolas Sarkozy : Commençons par mon préféré. Cet éternel revenant, qui avait annoncé il y a quatre ans sa retraite politique, a de quoi terrifier n’importe qui. Toujours là où on l’attend, c’est à dire à droite du cortège, flirtant parfois avec le trottoir, il sait allier petit sourire cajoleur et froide méchanceté. La taille en prime, notre ancien président a tout d’un Gremlin.

spongebob-wikia_gremlin

 

François Hollande : On ne s’attardera pas dessus, une tête de citrouille lui ira à ravir, et ça nous fera des vacances.

La famille Le Pen : Marine est sans doute la plus gore de cette liste. Elle s’invitera à la fête en LeatherFace. Adepte des meurtres baroques, dissimulé derrière son masque constitué de peau humaine, le méchant de Massacre à la tronçonneuse conviendra très bien à la dirigeante du F Haine, le temps de cette folle soirée.

Maintenant, donnez moi le père… Bah… L’uniforme en vogue dans les année 40 en Allemagne fera ressortir son œil bleu à la perfection, tout comme le reste de ses cheveux plus très blonds d’aryen.

Enfin, Marion pourra se parer d’une robe blanche et d’un chapeau pointu, comme à la grande époque de l’inquisition américaine… Mais si, quand ils faisaient brûler des noirs !

3016628-poster-p-1-leatherface-speaks-chainsaw-massacre-star-revisits-sweltering-house-of-horror_0ku-klux-klan_3153153b

 

François Fillon : Négatif, un peu dépressif, fataliste… Fatalis quoi… l’ennemi juré des 4 Fantastiques.

20652967

 

Jean-François Copé : Aaaaah, ce bon Jeff… Eh bien… Qu’il vienne comme il est, il me fait déjà bien assez peur, bourré de bêtises comme il est.

Manuel Valls : Je suis sûr que vous y avez pensé aussi, Hannibal Lecter, on est d’accord ou pas ? Derrière des airs extrêmement respectables, un psychopathe cannibale pourrait aisément se cacher, dangereux pour son propre parti, ce carnassier risque de bouffer bon nombre de concurrents aux primaires de gauche.

hanniballectersotl

 

Le gouvernement socialiste : Des zombies, évidemment, pas que ce soit contre eux, mais on a l’impression assez dérangeante d’accorder notre confiance à des poulets sans tête, qui suivent un président qui n’en a pas non plus (la citrouille)…

zombie-t-shirts

 

Bonne fête d’Halloween.

L’homme en noir

La Manif pour Tous ou retour dans le passé

La vie sexuelle en France est un véritable débat d’opinion. Et pour se faire entendre, un choix s’impose : la rue. Dans ce domaine, ce dimanche, Paris a été lieu d’une sacrée opposition de style. Du côté du métro Belleville, la marche de l’Existrans qui réunit les défenseurs des droits trans et intersexe (on va bâtardiser un peu leur combat) tandis que sur la place du Trocadéro, l’ambiance était plus moyenâgeuse avec les vestiges de la Manif pour Tous qui se réunissait pour continuer sa chasse aux sorcières.

Une riche idée qui a tout de même attiré environ 24 000 personnes selon la police (200 000 selon les organisateurs qui visiblement ont un peu abusé du vin de messe avant de compter). Bon et tout ce petit monde était là pourquoi ? Excellente question ! Tout simplement l’abrogation de la loi sur le Mariage pour tous, passée il y a maintenant plus de trois ans. Rien que ça.

Pas si loufoque que ça pour des personnes qui croient que le petit Jésus a ressuscité après être né d’une mère Vierge. M’enfin bref, on n’est pas là pour juger les religions, ce n’est pas le sujet. En revanche, les religieux, eux, sont l’un des problèmes. À l’heure où le contexte fait que l’on voit des islamistes radicaux de partout, on a tendance à oublier que l’islam de certains n’a pas le monopole de l’extrémisme, du côté du catholicisme aussi, il existe.

Alors oui, pour l’instant il n’y a eu ni tuerie ni bombe en son nom, mais ça n’empêche pas sa présence. Car oui, manifester trois ans plus tard contre une loi déjà existante, c’est certes un déni des valeurs républicaines, mais surtout, une discrimination voire une insulte suprême à tous les homosexuels. En trois ans, on n’a pas entendu parler de cas de pédophilie ou de viol d’homosexuel qui ont profité de cette loi.

En revanche, du côté du clergé, la donne n’est pas la même, n’en déplaise à Barbarin. Alors qu’a-t-on vu durant ce rassemblement ? Pas grand chose à vrai dire. Des personnes donnant des cours de moral aux homos voulant adopté tout en laissant leurs propres progénitures danser sur des abribus avec le drapeau de la Manif’ pour Tous. Pauvres gosses, espérons pour la France qu’une voiture oubliera de s’arrêter quand leurs parents traverseront la route. Oui, je sais, c’est horrible, mais on est trop nombreux sur Terre et quoique l’on en dise, ce ne sont pas les homosexuels qui en sont responsables. Et pour le reste, finalement, la chose la plus intéressante à suivre était sur les réseaux sociaux.

14801203_742655595900740_1073607625_n
Bon… Pas besoin de légende…

On va commencer par le Twitter de la Manif pour Tous qui a donné à tous une leçon de communication et de mauvaise foi avec une photo de leur petite sauterie sur la place du Trocadéro ayant pour légende « le Trocadéro est comble ». En même temps avec 200 000 personnes rien d’étonnant ! Sauf qu’ils étaient à peine quelques centaines et cela a été remarqué par des internautes qui a grand renfort de photos (sans les arbres en premier plan) ont montré qu’il n’y avait rien de vrai. En continuant à vagabonder dans les méandres d’internet, on a pu apprécier la photo pleine d’ironie de Marc-Olivier Fogiel où l’on voit son mari et leurs deux enfants en pleine promenade dans les bois. Du grand art à l’heure où l’un des rares arguments de l’anti mariage pour tous est justement l’incapacité des homosexuels à élever correctement des enfants dans une ambiance saine et familiale. Famille toujours, la grande dame de gauche qu’est Geneviève de Fontenay, à proposé l’idée du siècle en rejoignant ses amis de la Manif pour Tous : créer le « gayrage » pour ne pas utilisé le terme de mariage. Une idée qui devrait assurément être proposée à l’Académie française et qui, somme toute, représente très bien la France moyenâgeuse de ces personnes-là !

 

L’homme en noir

Si l’info de la semaine était une musique…

Pourquoi ne pas réfléchir quelques instants à une autre manière de résumer l’information ? Ne serait-il pas possible d’imaginer une musique susceptible de la décrire ?

Concentrons nous deux secondes… Je ne vais pas vous demander de fermer les yeux… Ce serait stupide… Mais si on y réfléchit, construire une mélodie à l’aide de l’actualité récente pourrait être une belle expérience.

Je m’explique, voilà pour moi ce que ça pourrait donner…

D’abord des caisses claires, et une grosse caisse, en fond, pour lancer la musique. Il faut qu’elles aient un rythme élevé, que ça envoie… C’est la Syrie, les bombes, les rafales des mitraillettes rebelles, les bâtiments qui s’écroulent… Vous les entendez ? Pas trop hein, il faut que ça reste sourd, lointain, que ça n’influe pas sur notre perception de notre belle vie d’occidentaux. C’est un bruit de fond, on sait que c’est là…

Dans un second temps, il nous faut un instrument à vent, parce que oui, cette semaine, l’ouragan Matthew a fait des siennes, et il a soufflé très fort. On va partir sur un son grave, et le plus important, c’est qu’on ne l’entende pas toujours super fort vous voyez ? Par exemple, lorsqu’il dévaste les petites îles perdues dans l’Atlantique et les pays qui ne nous intéressent pas des masses, c’est un son très léger. On le sent, bien présent, mais ce n’est qu’un ronflement… mais dès que l’ouragan s’invite dans un endroit plus sexy comme la Floride, c’est un solo, puissant, touchant, forcément, qui prend aux tripes. Puis de nouveau, l’instrument se met en sourdine…

N’oublions pas les claquettes, ces candidats du UPIK, le parti d’extrême droite britannique, qui se donnent la réplique dans des distributions de gnons au sortir de leurs réunions. Un accompagnement musical bien viril, qui respire l’intelligence et la bonne ambiance !

Soudain un violon débarque, puis deux, puis trois ! Les politiques se mettent à broder, ils vont sauver le pays, ils l’aiment, ils nous aiment. Certains se donnent la réplique, se chamaillent, les notes montent d’un ton, le tout est parfait, virevoltant… Dommage que les musiciens jouent toutes les semaines le même air…

Et enfin, la cantatrice, la personne qui rend la musique de la semaine belle, ou pas… Cette semaine, on vous l’avoue, ça a chanté faux… La pôv Kim K s’est faîte braquée, et malheureusement, les ingénieurs du son, ceux qui font vivre les infos au travers de leur média respectif, ont clairement branché le micro trop fort ! Pendant un moment, on a perdu les caisses claires, on a oublié les claquettes, et les violons se sont ternis…

Elle a même bouffé le solo de Matthew !

L’homme en noir

Alep, ville oubliée

Comme l’a dit un grand parolier dans l’une de ses chansons, « … À la mémoire de nos frères dont les sanglots si longs faisaient couler l’acide » Aujourd’hui, nos frères meurent sous les bombes et sont abandonnés à leur sort. Alep est sous les bombes.

Berceau de l’humanité, cette ville n’est plus qu’un amas de pierres et de corps, de trous de mortier et de bâtiments éventrés, de sang et de larmes. N’en déplaise au Ministère du Tourisme syrien qui dans une vidéo d’une indécence rare vante la beauté de cette ville que Bashar et ses alliés bombardent tous les jours.

alep-mpi
-Capture d’écran- Un quartier d’Alep, détruit par les assauts… encore, encore, et encore…

Pourquoi nos frères ? C’est loin la Syrie. Tout simplement parce que ces personnes sont victimes de la folie humaine sont nos frères au même titre que tous les habitants de cette planète. Une idée assez nunuche en somme. Et pourtant, il est devenu vital de la rappeler à une époque où tout le monde se méfie de tout le monde. Plus d’une dizaine de milliers de personnes, hommes, femmes, enfants, vieillards, sont morts dans le feu géant qu’est devenu Alep depuis plus de quatre ans.

Cette ville, symbole de la naissance de l’humanitaire il y a 5000 ans est aujourd’hui le symbole mondial de la barbarie. Chaque jour, des avions syriens ou occidentaux survolent ce champ de désolation qu’est devenu Alep et y sèment la mort. Dans quel but ? Lutter contre les forces rebelles au pouvoir du désormais Tout-puissant Bashar Al-Assad.

Un dictateur de la pire espèce, un Néron du XXIème siècle, soutenu par le chantre de la démocratie, Vladimir Poutine et toléré par les Européens et les USA puisque rien n’est fait pour le déloger. Pourtant, sans compter les années de dictature qui ont précédé, depuis 2011, la Syrie est déchirée par une guerre civile terriblement meurtrière. Hasard du calendrier ou phénomène qui découle des Révolutions Arabes, l’État Islamique a éclos au niveau international quelques mois après. Bashar Al-Assad y voyant des ennemis décide de les affronter en même temps qu’il massacre son propre peuple… Vous suivez l’histoire ? Il obtient alors ce que l’on pourrait considérer comme étant un totem d’immunité. L’ONU dénonce, mais n’agit pas, les gouvernements occidentaux en font de même et Poutine décide carrément de s’allier à lui. Devenu fief des rebelles, Alep devient alors une cité assiégée dans laquelle les 3 millions d’habitants doivent survivre entre bombes et milices. Mais que faire pour agir ? À l’heure où Gary Johnson, candidat à la présidence des États-Unis pour le Parti libertarien, n’a jamais entendu parler d’Alep, comment s’étonner de l’absence de réaction.

Évidemment, par moment – comme c’est le cas actuellement – les médias recentrent leur attention sur la bataille d’Alep, mais à quoi bon ? De la même manière que pour la photo du jeune Aylan, les gens sont choqués, ils s’indignent puis passent à autres choses. Tellement humain malheureusement… Au final, c’est à se demander si la situation n’est pas désespérée dans ce contexte-là. De quoi arriver – naïvement à presque espérer que les élections présidentielles américaines et françaises changeront la donne.

 

L’homme en noir