C’était son dernier Noël

Dimanche, ce fut bien le « Last Christmas » (dernier Noël) de George Michael, comme il l’avait chanté en 1984. Prémonitoire ou non, l’icône de la pop est décédée le 25 décembre. Auteur-compositeur-interprète, l’idole des ados des années 80 s’est éteinte à l’âge de 53 ans. Né le 25 juin 1963, à Londres, d’un père restaurateur d’origine chypriote et d’une mère danseuse anglaise, Georgios Kyriacos Panyiotou, de son vrai nom, a rencontré très tôt le succès.

En 1981 alors qu’il n’a que 18 ans, il crée le duo Wham !, avec son camarade de lycée Andrew Ridgeley. Un an plus tard, le groupe entre dans les « charts » internationaux, avec Young Guns. L’effervescence arrive en 1984, avec les 2 tubes planétaires : « Wake me Up Before You Go Go » puis « Last Christmas ».

En 1985 alors que Wham ! est à son apogée, ils marquent l’histoire. Ils deviennent le premier groupe à se produire en Chine communiste. Le concert est un franc succès. Ce concert va révolutionner la culture musicale chinoise qui ne connaissait pas encore la pop occidentale. Pas de temps à perdre.

Alors que George Michael surf sur le succès de son groupe, il décide dès 1984 de se lancer dans une carrière solo. Le groupe n’est pas séparé, mais le séducteur sort une ballade au ton sensuelle : Careless Whisper. Un virage musical commence à s’opérer chez le chanteur. Marqué par l’influence de la pop star Prince, George Michael, se sent désormais plus attiré par les sonorités mélangeant soul, funk et r’n’b. Ce nouveau chapitre musical début avec la sortie de Faith en 1987, qui sera couronnée de succès (20 millions d’albums vendus). Des Top et des Flop.

Tous ses albums ne seront pas accueillis par le public de la même manière. Alternant succès et fiasco, sa popularité est au plus bas dans les années 90.

Il revient dans le cœur des fans en 2004 avec son album « Patience ». Cet album pop signe son retour. L’icône pop ne sortira alors plus aucun album studio. S’en suivent 3 disques « live » dont « Symphoniqua » en 2014, avec lequel il obtient un disque d’or au Royaume-Uni.

En 2017, le chanteur devait sortir un documentaire autobiographique : « Freedom ».

Une vie tumultueuse

Artiste tourmenté par la drogue, George Michael, a aussi connu la prison et la dépression. Fervent défenseur de la cause gay, ce chanteur attaché à sa famille, attendra le décès de sa mère en 1997 pour annoncer publiquement son homosexualité et sa séropositivité. Dévasté par une lourde dépression pendant plusieurs années, la pop star trouve un soutien sans faille auprès de son compagnon Kenny Goss, qui fut à ses côtés de 1996 à 2011.

N’évitant pourtant pas de nombreux déboires dus à l’alcool et la drogue., il ira jusqu’à écoper de 100 heures de travail d’intérêt général en 2007, ainsi que d’une interdiction de conduire pendant 2 ans, après avoir été retrouvé évanoui dans sa voiture suite à la consommation d’alcool.

3 ans plus tard, il fera un séjour de 4 semaines en prison, pour avoir eu un accident sous influence de cannabis et de médicaments.

Moins présent depuis, sur la scène médiatique, George Michael avait déjà frôlé la mort en 2011 à cause d’une pneumonie. Cette fois, il n’y a pas échappé. Il nous a quittés à Noël, son dernier Noël, comme il l’avait chanté.

george-michael
George Michael nous a quitté à l’âge de 53 ans

 

Le Distrait